1 rue Louis Vitet — Lyon

Mercredi-Samedi, 15h-19h

    10/2023 Liza Maignan, Clémentine Adou, Jules Lagrange, Sophie Podolski, Mathilde Rossello-Rochet Les assistantes du vide - salle 2
    FRENVuesTexteDossier de PresseSalle 1 Salle 2 Salle 3
    Les assistantes du vide - salle 2 - Liza Maignan,Clémentine Adou,Jules Lagrange,Sophie Podolski,Mathilde Rossello-Rochet
    Les assistantes du vide - salle 2 - Liza Maignan,Clémentine Adou,Jules Lagrange,Sophie Podolski,Mathilde Rossello-Rochet
    Les assistantes du vide - salle 2 - Liza Maignan,Clémentine Adou,Jules Lagrange,Sophie Podolski,Mathilde Rossello-Rochet
    Les assistantes du vide - salle 2 - Liza Maignan,Clémentine Adou,Jules Lagrange,Sophie Podolski,Mathilde Rossello-Rochet
    Les assistantes du vide - salle 2 - Liza Maignan,Clémentine Adou,Jules Lagrange,Sophie Podolski,Mathilde Rossello-Rochet
    Les assistantes du vide - salle 2 - Liza Maignan,Clémentine Adou,Jules Lagrange,Sophie Podolski,Mathilde Rossello-Rochet
    Les assistantes du vide - salle 2 - Liza Maignan,Clémentine Adou,Jules Lagrange,Sophie Podolski,Mathilde Rossello-Rochet
    Les assistantes du vide - salle 2 - Liza Maignan,Clémentine Adou,Jules Lagrange,Sophie Podolski,Mathilde Rossello-Rochet
    Les assistantes du vide - salle 2 - Liza Maignan,Clémentine Adou,Jules Lagrange,Sophie Podolski,Mathilde Rossello-Rochet

    Les assistantes du vide - salle 2

    Du 13 octobre au 18 novembre 2023From 13 October to 18 November 2023

    À l’âge de 17 ans, j’ai rencontré un vieil homme qui avait longtemps travaillé dans un magasin de chaussures bon marché avant d’être repéré par une chasseuse de tête pour la manière dont il arrangeait ses vitrines. Par la suite, il travailla des années dans un magasin Hermès. Son travail consistait à positionner la marchandise de luxe selon les différents angles de vue des passant·es, la vitrine étant au croisement de deux rues parisiennes. Il a ainsi développé des techniques de jeté de vêtements sur les mannequins, afin que l’effet des drapés évoque à la fois la nonchalance et l’élégance. Il a appris à positionner sacs, chaussures et autres accessoires d’ambiance de la saison à venir, de manière à ce que l’œil aguiché s’arrête avec justesse face à cette mise en scène. Dans cette vitrine, tel un miroir, se reflète ton visage. Tu t’observes en proie à tes pulsions voyeuristes, attiré·e par une consommation qui ne t’égale pas. Néanmoins, même après avoir fait l’acquisition de l’une de ces marchandises de qualité, emballée proprement dans du papier de soie, rangée dans un carton orange, lui-même enfourné dans un sac orange qui se tient bien droit, comme toi quand tu marches dans la rue avec ce sac orange qui te donne de l’allure, une prestance sociale, ta vie ne sera sans doute pas meilleure. Mais ce sac orange t’en persuade.

    (Je me suis déjà surprise à utiliser le sac d’une marque semi-luxe, qu’une locataire Airbnb avait eu l’impudeur de laisser, pour transporter mon repas du midi. Juste pour avoir l’air plus cool et faire croire (à qui ?) que j’étais plus riche que je ne le paraissais, en cachant mon tupperware de pâtes au pesto dans ce sac GANNI).

    Cet après-midi-là, ce vieil homme a tourné avec une délicate nostalgie les pages plastifiées des grands classeurs poussiéreux remplis de photographies de ses créations de vitrines, ainsi que de photographies de lui, accompagné de personnalités importantes de la mode et du show-biz. Il était très fier d’avoir eu accès à cette vie-là, grâce à son don pour la composition de vitrines de magasin. Après ces années mondaines chez Hermès, il est devenu artisan, et plus précisément tourneur sur bois. Il réalisait notamment de jolies petites sculptures de pommes (il y en avait une qui trônait sur l’étagère noire parmi les objets de curiosités créés par les ami·es artisan·es de ma mère). J’ai oublié le prénom de cet homme que je n’ai jamais revu, mais je me souviens que c’est lui qui m’a appris le mot “soliloquer”. Soliloquer, verbe intrans. Dialogue intérieur où la personne se parle et se répond. Soliloquer, quand ça va, c’est ok, mais quand ça ne va pas, ça se transforme en pure rumination, influencée sans raison par l’auto-sabotage, le dénigrement, la fatalité, le syndrôme d’imposture, les doutes, la culpabilité, la comparaison incessante. Dans ces moments de solitude sans masque, on oublie ce que ça fait d’aller bien. Et quand ça va mieux le lendemain, on se promet de s’en souvenir, la prochaine fois que ça n’ira pas. En vain, le soliloque continue.

    (Aujourd’hui dans mon soliloque, je me demande comment aurais-je pu anticiper que le souvenir de cet après-midi, quinze ans plus tard, allait cristalliser les considérations de Clémentine, Flora, Jules, Mathilde et Sophie. J’en déduis que c’est uniquement ma relecture de ces souvenirs, des histoires de la vie de cet homme, qui me permettent aujourd’hui de tirer les fils d’une réalité parallèle. Celle d’un après-midi hasardeux qui présageait la scène d’un futur que j’ai construit de toutes pièces dans mon esprit.)

    J’ai huit ans et je suis habillée d’un justaucorps en velours noir, comme toutes les autres enfants autour de moi. J’attends là, prostrée, assise en tailleur, le dos voûté car je ne me suis jamais tenue très droite. Bientôt ce sera mon tour. Je n’ai jamais été très à l’aise avec la performance de moi-même, la compétition. J’ai toujours été « moyenne ». J’applique un peu de talc sur mes mains moites. Je déteste ça, c’est une sensation qui m’irrite, comme les verres encore chauds qui sortent du lave-vaisselle ou le coton qui crisse quand on l’attrape avec les doigts encore humides. Je réalise une figure de gymnastique entre deux barres asymétriques : mon corps se balance à cheval sur la barre supérieure, je pose mes pieds sur la barre inférieure, je lâche la barre supérieure et dans un mouvement de chute maîtrisée, j’attrape la barre inférieure, positionnant mes mains entre mes jambes. Mes mains séchées par le talc me permettent de faire une rotation de tout mon corps, je tourne une fois, deux fois et je saute. Je retombe sur le tatamis, pieds liés, dos droit, je me penche en avant, mes bras font la révérence, pour que quelques parents blasés m’applaudissent. C’est terminé. Ce jour-là, j’ai décidé d’arrêter la gymnastique. Je n’avais pas réalisé qu’un jour, la sensation de cette figure à l’intérieur de mon corps me manquerait. Entre ces deux barres : la chute. Cette sensation de vertige est pareille à celle que nous ressentons dans une phase de demi-sommeil, lorsque nos corps tombent d’un banc. Cette sensation de chute incontrôlée est purement mentale, mais son énergie nous traverse, fait remonter notre cœur, nos intestins et nous réveille en sursaut. Dans le livre The Tibetan Book of the Dead est décrit le bardo : un état intermédiaire de la conscience entre la vie et la mort, pareil à un un passage liminal vers l’au-delà, guidant les mort·es vers la réincarnation. Je réalise que c’est certainement cette sensation de lâcher-prise vertigineuse que certaines personnes cherchent à travers des états psychiques sous substances ou des situations physiques extrêmes. Risquer la mort au plus proche, pour mieux vivre la pesée des cœurs.
    De toute manière, la partie est perdue d’avance.

    À cette même période, je m’observais dans le miroir de la salle de bains en me demandant : est-ce bien toi ? L’expérience corporelle et mentale était telle que durant un instant, j’avais le sentiment que mon esprit sortait de mon corps, pour analyser si ce corps était bien celui de mon être ou inversement. Désormais j’évite l’expérience quand je croise mon regard dans un miroir. En revanche, avec mon amie Lou, nos regards nous servent à communiquer. Nous avons créé un langage muet entre les nuages de fumée de nos clopes qui embrument nos visages et la foule qui obstrue nos oreilles. Elle me regarde, je souris, elle sourit. Plus besoin de mots, on sait que nos êtres et nos pensées sont connectées. Régulièrement j’essaie de créer ce type de connexion avec les regards des personnes que je croise une fraction de seconde dans la rue, de percevoir leurs états d’âme, comme si nos existences étaient liées un instant. Je crée des images de leurs vies, j’entends les fictions de leurs pensées intimes lorsqu’iels marchent vite en fronçant les sourcils, rigolent dans leurs écouteurs sans fil en levant les yeux au ciel ou lorsque leurs yeux ne disent plus rien. Je me demande toujours si ces personnes ont peur de la mort, des trous noirs, de perdre la vue, de tomber gravement malade ou si ces pensées ne traversent pas tous les esprits de manière universelle. Je ressens par exemple une violente empathie lorsque je croise le regard de personnes qui mangent seules dans les restaurants, car je suis convaincue que les personnes qui mangent seules sont tristes et que c’est un fait universel. Pourtant, des ami·es m’ont expliqué à plusieurs reprises qu’iels appréciaient cette solitude nourricière. Il n’y a rien qui me terrorise plus que de manger seule au restaurant. La dernière fois que j’ai essayé, j’ai pleuré devant mon entrée-plat-dessert, en me demandant : est-ce que je fais pitié à manger seule dans ce bistrot ?
    Mentez-moi, en affirmant que cela ne vous arrive jamais. Vous serez le piètre pantin de votre égo.

    Si les vrais sentiments ne se voient pas sur les visages, alors comment savoir qui ment ?

    Ajustant le taux d’un sourire pour le bluff, fuyant le regard pour mieux observer par-dessus l’épaule, censurant les mots que nous gardons en bouche, écoutant seulement ce que nous voulons bien entendre. Nous modelons des réalités qui nous arrangent. Sous nos masques, nos boîtes crâniennes sont des isoloirs dans lesquels se cache la vérité de notre âme, blottie dans l’obscurité de nos contradictions. Pourquoi appelons-nous l’espace à l’intérieur du crâne une boîte ? C’est bien l’une des rares parties du corps qui s’apparente à un objet usuel, telle une boîte à chaussures, une boîte à musique, une boîte à souvenirs. Annoté sur des bouts papiers froissés, chaque trait de stylo renferme nos stigmates, que nous brûlons et qui s’envolent en cendres pour ne plus souffrir. Mais le poids des cendres appuie sur les zygomatiques qui tombent jusqu’à trouver l’antonyme du sourire. Regard blafard, les muscles se crispent entre les guillemets des phrases qui ne se terminent jamais, on se recroqueville pour se protéger d’elles-mêmes. Les dents se serrent les unes contre les autres, nos phalanges se raidissent, dessinant des poings aux extrémités de nos bras. C’est cette tension du corps pour se maintenir en équilibre entre deux barres, qui entre-ouverte le vertige de la tentation à être un·e autre, assisté·e par les fantômes des anciennes versions de nous-mêmes, qui nous habitent et nourrissent nos identités de demain avec leurs souvenirs flous et reconstitués, sous le prisme d’une vérité que nous essayons de nous prouver à chaque nouveau réveil. Un bâillement annonce la fin de l’angoisse, le cri du hibou le début de la nuit renaissante. Le corps redevient plus souple, on retrouve alors le courage et l’intime conviction qu’on va réussir à sublimer notre existence même si nous avons toujours le trac de notre propre vie. Souvenons-nous que dans la salle, les sièges de velours sont vides, personne ne nous regarde jouer ce rôle qu’on improvise chaque jour.

    Les pensées sont manipulées, sous l’influence de nos désirs et la perception du monde extérieur. Elles créent des rôles pour répondre (ou non) à des contextes sociaux qui enferment, et pourtant, nous tentons inlassablement d’échapper à ces diktats et d’assumer l’entière ambivalence de nos identités.
    Les assistantes du vide figurent les soliloques, cette parole intime qui nous accompagne jusqu’à la dernière. En proie à des projections mentales, les corps se soumettent à des réactions émotionnelles, les liens se tissent, se nouent, entre le corps et l’esprit.

    Les assistantes du vide nous aident à trouver un équilibre sur la balance de nos existences. Elles ajustent de leurs mains frêles et crochues le curseur entre ces opposés qui ne cessent de s’attirer et se repousser comme des aimants : l’échec et la réussite, le mépris et la fierté, la confiance et le doute. Elles actionnent les fils qui nous maintiennent debout, qui nous font fléchir, qui nous font chuter. Elles mettent en scène notre fondamentale ambiguïté : nous existons, en essayant de devenir ce que nous ne serons jamais.

    À Clémentine, Flora, Jules, Mathilde & Sophie.

    Liza Maignan

    When I was seventeen I met an old man who had worked a long time in a cheap shoe store before he was spotted by a headhunter for the way he arranged his store windows. He subsequently worked for many years in a Hermès store. His work consisted in placing just so the deluxe merchandise according to the angles at which passers-by would see the items on display, the store window being at the corner of two streets in Paris. In this manner he developed a range of techniques for dressing the mannequins so that the hang of the clothing would suggest both nonchalance and elegance. He learned to position handbags, shoes, and other background accessories for the coming season in such a way that the eye, enticed, would aptly linger before the carefully staged spectacle. Like a mirror, this display case reflects your face. You observe yourself, prey to your voyeuristic urges, drawn by a consumption that is not your match. Still, even after purchasing one of these luxury items, neatly wrapped in tissue paper, carefully laid in an orange box, itself plunked in an orange bag that stands stiffly upright, like you as you walk down the street with this orange bag that lends you an elegant look, a now unmistakable presence in society, your life will probably be no better. But that orange bag convinces you otherwise.

    (I’ve already surprised myself by using the mid-range brand bag that an Airbnb guest had the shamelessness of leaving behind, to carry my lunch. Just for a cooler look and to feign [but to whom?] that I was wealthier than I appeared by concealing my Tupperware of pasta in pesto sauce in that GANNI bag.)

    That afternoon, with a delicate nostalgia, the old man turned the laminated pages of the large dusty ring binders that were filled with photographs of his store window creations as well as photographs of him flanked by important figures from fashion and show business. He was very proud to have had access to that life, thanks to his gift for composing window displays. Following those years of celebrities and socialites with Hermès, he became an artisan, or, to be precise, a wood turner. He produced in particular beautiful small-sized apple sculptures (there was one that had a place of honor on the black shelf of curios crafted by my mother’s artisan friends). I’ve forgotten the first name of that man, whom I never saw again, but I remember that it was he who taught me the word “soliloquize.” Soliloquize, intr. & tr. v. To utter a soliloquy; talk to oneself. Soliloquize, when it’s going right, it’s ok, but when it’s going all wrong, it morphs into pure rumination, influenced without reason by self-sabotage, belittling, inevitable fate, the impostor syndrome, doubts, guilt, endless comparing. In those moments of unmasked solitude, we forget what it means for things to be going well. And when it’s getting better the next day, we promise ourselves to remember, the next time things aren’t going well. To no avail, the soliloquy goes on.

    (Today, in my soliloquy, I am wondering how I could have anticipated that the recollection of this afternoon, fifteen years later, would crystalize the considerations of Clémentine, Flora, Jules, Mathilde, and Sophie. From this I deduce that it is solely my rereading of these recollections, these stories from the life of this man, which enable me today to follow the sundry threads of a parallel reality. That of a random afternoon portending the scene of a future I have completely concocted in my mind.)

    I am eight years old and I am wearing a black velvet leotard, like all the children around me. I am waiting there, prostrate, seated cross-legged, hunched over since I have never stood or sat up very straight. Soon it will be my turn. I have never been very comfortable with the performance of myself and competition. I have always been “average.” I dust my clammy hands with a little talcum powder. I hate that, it’s a sensation that irritates me, like still-hot glasses coming out of the dishwasher, or cotton that rustles when you grab it and your fingers are still wet. I execute a gymnastics move between two uneven bars. My body is balanced, straddling the upper bar, I place my feet on the lower bar, I let go of the upper bar and, in a controlled fall, catch the lower bar, positioning my hands between my legs. My hands are dry thanks to the talcum powder and allow me to rotate my entire body, I turn once, twice, and leap. I fall back onto the mat, feet together, back straight, I lean forward, my arms spread, doing their part of the athlete’s concluding bow, so that a few bored parents applaud. It’s over. That day I decided to stop doing gymnastics. I hadn’t realized that one day I would miss the feeling of that move inside my body. Between those two bars the fall. That dizzy sensation is like what we feel during a phase of drowsiness when our bodies fall off a bench. That feeling of helplessly falling is purely mental but its energy shoots through us, gets our hearts racing, knots our stomachs, and wakes us up with a start. The Tibetan Book of the Dead contains a description of bardo, an intermediary state of consciousness between life and death, akin to a liminal passage towards the hereafter, guiding the dead towards reincarnation. I realize that it is surely that dizzying feeling of letting go that some people seek in drug-induced mental states or extreme physical situations. Risking death at close quarters to better experience the weighing of hearts.

    In any case, it is a loser’s game.

    During this same period, I would look at myself in the mirror in the bathroom and ask myself, Is that really you? The bodily and mental experience was such that for an instant I had the feeling that my mind was leaving my body, to analyze whether that body was indeed the one of my being or the other way round. Now I avoid the experience when I catch my own eye in the mirror. On the other hand, with my friend Lou, our eyes help us communicate. We have created a silent language between the whirls of smoke from the coffin nails clouding our faces and the crowd blocking up our ears. She looks at me, I smile, she smiles. Words are no longer needed, we know our beings and thoughts are connected. I regularly try to create this kind of connection with the eyes of the people I run into for a fraction of a second in the street, to perceive their moods, as if our existences were bound together for an instant. I create images of their lives, I hear the fictions of their private thoughts when they are walking quickly and frowning and laugh into their wireless earbuds glancing up at the sky, or when their eyes seem to say nothing more. I always wonder if these people are afraid of death, black holes, losing their sight, falling seriously ill, or if these thoughts don’t cross all minds universally. I feel, for example, violent empathy when I catch the eye of people eating alone in restaurants, because I am convinced that people who eat alone are sad and that that is a universal fact. Yet friends have explained to me several times that they appreciate that nourishing solitude. There is nothing that terrorizes me more than eating alone in a restaurant. The last time I tried, I cried in front of my appetizer-main-dessert, wondering, Do I inspire pity, eating alone in this bistro? Go ahead, lie to me, assert that that never happens to you. You shall be the poor puppet of your ego.

    If real feelings aren’t seen on faces, how then do we know who is lying?

    Adjusting the rate of a smile for fakery, avoiding eye-contact in order to better observe things over someone’s shoulder, censoring words that we keep in our mouths, listening only to what we really want to hear. We model realities that suit us. Behind our masks, our braincases are polling booths in which the truth of our soul is hidden, huddling in the darkness of our contradictions. Why do we call the space inside our skull a case? It is indeed one of the few parts of the body that is akin to an everyday object, like a briefcase, a showcase, a watchcase, a bookcase. Annotated on scraps of crumpled paper, each pen stroke contains our stigmata, which we burn and which becomes ashes that float off so that we no long have to suffer. But the weight of the ash presses down on the zygomatici majores, the cheek muscles, which droop to the point of taking on the opposite of the smile. With a wan look in the eyes, the muscles tense up between the quotation marks of sentences that never come to an end, we curl up to protect ourselves from them. Teeth are clenched, upper jaw firmly against the lower, while our finger bones stiffen, forming fists at the end of our arms. It’s that tension of the body to keep its balance between two bars, that cracks open the dizzying feeling of temptation to be another, helped by the ghosts of old versions of ourselves, which haunt and sustain our identities of tomorrow with their vague recreated memories, through the prism of a truth that we strive to prove each morning when we rouse ourselves from sleep. A yawn announces the end of the anguish, the hoot of the owl the beginning of the night reborn. The body becomes flexible once again, we find the courage and deep conviction that we are going to manage to sublimate our existence even if we still have butterflies in the breadbasket when it comes to our own lives. Let’s not forget that in the room, the velvet-covered armchairs are empty; nobody is watching us play the role we improvise daily.

    Thoughts are manipulated under the influence of our desires and perception of the outside world. They create roles in order to respond (or not) to confining social contexts, and yet unflaggingly we try to escape these dictates and assume the utter ambivalence of our identities. Les assistantes du vide presents soliloquies, that intimate speech that keeps us company right up to our last breath. Prey to mental projections, bodies are subject to emotional reactions; between the body and the mind connections form and grow stronger.

    Les assistantes du vide help us achieve a balance in the scales of our lives. With their frail gnarled hands, the assistants adjust the cursor between those opposites that are endlessly attracting and repelling each other like magnets, failure and success, contempt and pride, trust and doubt. They work the strings that keep us upright, make us bend, topple us over. They plot out our fundamental ambiguity, i.e., that we exist by trying to become what we shall never be.

    To Clémentine, Flora, Jules, Mathilde & Sophie.

    Liza Maignan

    Liste des œuvres :
    List of works :

    Clémentine Adou
    Brown Boxes (Stall), 2021
    Carton, peinture acrylique satinée et vernis
    161 x 74,5 x 64 cm

    Jules Lagrange
    Anubis, le bonhomme coeur et la mort, 2021
    Trois sculptures en bois, tissus, fils de coton
    Dimensions variables

    Sophie Podolski
    Du cul, sans date
    Encre sur papier, 27.5 x 20 cm
    Collection du Musée d’art contemporain de la Haute Vienne - Château de Rochechouart.   
    © Catherine Podolski

    Clémentine Adou
    Paquet neutre (Fumer augmente le risque de devenir aveugle), 2018-2020
    Paquet de cigarette, acrylique, 9 x 3 cm

    Mathilde Rossello-Rochet
    Take a break, 2022
    Clous, enduit, peinture acrylique, résine, feutre et papier
    collé sur bois, 110 x 160 cm

     
    Clémentine Adou
    Brown Boxes (Stall), 2021
    Carton, peinture acrylique satinée et vernis
    161 x 74,5 x 64 cm

    Jules Lagrange
    Anubis, le bonhomme coeur et la mort, 2021
    Trois sculptures en bois, tissus, fils de coton
    Dimensions variables

    Sophie Podolski
    Du cul, sans date
    Encre sur papier, 27.5 x 20 cm
    Collection du Musée d’art contemporain de la Haute Vienne - Château de Rochechouart.   
    © Catherine Podolski

    Clémentine Adou
    Paquet neutre (Fumer augmente le risque de devenir aveugle), 2018-2020
    Paquet de cigarette, acrylique, 9 x 3 cm

    Mathilde Rossello-Rochet
    Take a break, 2022
    Clous, enduit, peinture acrylique, résine, feutre et papier
    collé sur bois, 110 x 160 cm

     
    les assistantes du vide_affiche
    Les assistantes du vide - salle 2, 2023
    affiche
    Liza Maignan (1990, Toulouse), vit et travaille à Paris, elle est diplômée d’un DNSEP de l’institut supérieur des arts de Toulouse et d’un master 2 professionnel « L’art contemporain et son exposition » de Sorbonne Université. Elle est commissaire d’exposition, autrice indépendante et directrice de la galerie Florence Loewy. Elle mène diverses activités dans le champ de l’art contemporain, tel que le commissariat d’exposition : Sleep No More, cur. avec Fiona Vilmer, Placement Produit (Aubervilliers, 2021), L’Almanach des Aléas, à la Fondation d’entreprise Ricard, Paris (2019), la rédaction de textes pour des expositions ou des catalogues, d’articles ou de textes libres pour diverses publications (La Belle Revue, Revue Post-it, C’est les vacances (éditions Burn-Août & Eugénie Zély), Revue Dragonnes, Catalogue du 67ème Salon de Montrouge. En 2023 elle est lauréate de la bourse d’écriture TextWork de la Fondation d’entreprise Pernod Ricard. Elle est actuellement co-présidente de l’association In Extenso à Clermont-Ferrand.
    Liza Maignan (1990, Toulouse), who lives and works in Paris, holds a DNSEP from the Institut Supérieur des Arts de Toulouse and a professional Master 2 in "L'Art Contemporain et son Exposition" from Sorbonne University. She is a curator, freelance writer and director of the Florence Loewy gallery. She has a wide range of activities in the field of contemporary art, including curating Sleep No More, cur. with Fiona Vilmer, Placement Produit (Aubervilliers, 2021), L'Almanach des Aléas, at the Fondation d'entreprise Ricard, Paris (2019), writing texts for exhibitions or catalogs, articles or free texts for various publications (La Belle Revue, Revue Post-it, C'est les vacances (éditions Burn-Août & Eugénie Zély), Revue Dragonnes, Catalogue du 67ème Salon de Montrouge. In 2023, she won the TextWork writing grant from the Pernod Ricard Corporate Foundation. She is currently co-president of the In Extenso association in Clermont-Ferrand.
    Clémentine Adou (1988, Paris), vit et travaille à Paris et Saint-Denis, elle est diplômée de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Son travail a notamment fait l’objet d’expositions personnelles à Tonus, Paris (Daddy long legs’ hands, 2023), à Palette Terre, Paris (One shot, 2020), et à 76,4, Bruxelles, Belgique (Sans sommeil, 2019), et collective à Treize, Paris (Exception Expérience, 2023) à la Galerie Florence Loewy (La Fatigue, 2021), Bel Ami, Los Angeles (Portable Documents Formatted for Home Use, 2020), à High Art (Your Friends and Neighbors, 2020), et DOC!, Paris (AUTO, 2021). Elle prépare actuellement une exposition personnelle aux Bains Douches à Alençon en 2024 (cur. Sophie Vinet).
    Clémentine Adou (1988, Paris), vit et travaille à Paris et Saint-Denis, elle est diplômée de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Son travail a notamment fait l’objet d’expositions personnelles à Tonus, Paris (Daddy long legs’ hands, 2023), à Palette Terre, Paris (One shot, 2020), et à 76,4, Bruxelles, Belgique (Sans sommeil, 2019), et collective à Treize, Paris (Exception Expérience, 2023) à la Galerie Florence Loewy (La Fatigue, 2021), Bel Ami, Los Angeles (Portable Documents Formatted for Home Use, 2020), à High Art (Your Friends and Neighbors, 2020), et DOC!, Paris (AUTO, 2021). Elle prépare actuellement une exposition personnelle aux Bains Douches à Alençon en 2024 (cur. Sophie Vinet).
    Jules Lagrange (1989, Besançon), vit et travaille à Bruxelles, il est diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts et du post-diplôme de Lyon. Son travail a notamment fait l’objet d’expositions collectives : 66ème Salon de Montrouge (2022), à la Brasserie Atlas, Bruxelles, Belgique (Mort is more, funeral Arts and crafts, 2021), au Réfectoire des Nonnes, Lyon (Mig 28, 2016), à la Friche Belle de Mai, Marseille (Aperçu avant impression, 2015), à Treize, Paris (Brekekex, 2015) et personnelles, à Roussin, Paris (Never For Ever, 2019), à Je vous propose, Zurich, Suisse (A Torn-Apart Book of Myself, avec Klaus Lutz, 2019), à Glassbox, Paris (Faust Resurrection, 2015). Il prépare actuellement une exposition personnelle à La Tôlerie (Clermont-Ferrand), et une exposition collective au Palais de Tokyo, Paris (Toucher l’insensé, cur. François Piron, 2024).
    Jules Lagrange (1989, Besançon), vit et travaille à Bruxelles, il est diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts et du post-diplôme de Lyon. Son travail a notamment fait l’objet d’expositions collectives : 66ème Salon de Montrouge (2022), à la Brasserie Atlas, Bruxelles, Belgique (Mort is more, funeral Arts and crafts, 2021), au Réfectoire des Nonnes, Lyon (Mig 28, 2016), à la Friche Belle de Mai, Marseille (Aperçu avant impression, 2015), à Treize, Paris (Brekekex, 2015) et personnelles, à Roussin, Paris (Never For Ever, 2019), à Je vous propose, Zurich, Suisse (A Torn-Apart Book of Myself, avec Klaus Lutz, 2019), à Glassbox, Paris (Faust Resurrection, 2015). Il prépare actuellement une exposition personnelle à La Tôlerie (Clermont-Ferrand), et une exposition collective au Palais de Tokyo, Paris (Toucher l’insensé, cur. François Piron, 2024).
    Sophie Podolski (​​1953, Uccle, Belgique - 1974, Bruxelles, Belgique), est une artiste autodidacte. Elle était membre du collectif nomade Montfaucon Research Center fondé en 1972 par Joëlle de La Casinière. Son travail a fait l’objet d’une exposition personnelle au WIELS à Bruxelles en 2017 (cur. Caroline Dumalin). À l’occasion de cette exposition, Joëlle de la Casinière a réédité le livre Le pays où tout est permis (éd. Montfaucon Research Center, Bruxelles, 2017, première éd. 1972). En 2020, Joëlle de La Casinière a fait don au Musée d’art contemporain de la Haute-Vienne - Château de Rochechouart, d’un ensemble de 197 dessins et 23 gravures de l’artiste Sophie Podolski, produit entre 1968 et 1974 (date de son suicide à l’âge de 21 ans).
    Sophie Podolski (​​1953, Uccle, Belgique - 1974, Bruxelles, Belgique), est une artiste autodidacte. Elle était membre du collectif nomade Montfaucon Research Center fondé en 1972 par Joëlle de La Casinière. Son travail a fait l’objet d’une exposition personnelle au WIELS à Bruxelles en 2017 (cur. Caroline Dumalin). À l’occasion de cette exposition, Joëlle de la Casinière a réédité le livre Le pays où tout est permis (éd. Montfaucon Research Center, Bruxelles, 2017, première éd. 1972). En 2020, Joëlle de La Casinière a fait don au Musée d’art contemporain de la Haute-Vienne - Château de Rochechouart, d’un ensemble de 197 dessins et 23 gravures de l’artiste Sophie Podolski, produit entre 1968 et 1974 (date de son suicide à l’âge de 21 ans).
    Mathilde Rossello-Rochet (1994, Lyon), vit et travaille en Seine Saint Denis, elle est diplômée de l’Institut supérieur des arts de Toulouse et de l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris. Son travail a notamment fait l’objet d’expositions collectives à Doc!, Paris (Portail, 2020), à la Fondation d’entreprise Pernod Ricard, L’avancée, Paris (Vinalement Eva vacille, 2020), à l’Ensba, Paris (CRUSH, 2021), CACC - Centre d’Art contemporain de Chanot (à partir de là, 2022). Elle est actuellement en résidence à la Villa Dufraine, et elle prépare une exposition collective à La Monnaie de Paris en 2023.
    Mathilde Rossello-Rochet (1994, Lyon), vit et travaille en Seine Saint Denis, elle est diplômée de l’Institut supérieur des arts de Toulouse et de l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris. Son travail a notamment fait l’objet d’expositions collectives à Doc!, Paris (Portail, 2020), à la Fondation d’entreprise Pernod Ricard, L’avancée, Paris (Vinalement Eva vacille, 2020), à l’Ensba, Paris (CRUSH, 2021), CACC - Centre d’Art contemporain de Chanot (à partir de là, 2022). Elle est actuellement en résidence à la Villa Dufraine, et elle prépare une exposition collective à La Monnaie de Paris en 2023.
    Les pensées sont manipulées, sous l'influence de nos désirs et la perception du monde extérieur. Elles créent des rôles pour répondre (ou non) à des contextes sociaux qui enferment, et pourtant, nous tentons inlassablement d'échapper à ces diktats et d'assumer l'entière ambivalence de nos identités. Les assistantes du vide figurent les soliloques, cette parole intime qui nous accompagne jusqu’à la dernière. En proie à des projections mentales, les corps se soumettent à des réactions émotionnelles, les liens se tissent, se nouent, entre le corps et l’esprit. Les assistantes du vide nous aident à trouver un équilibre sur la balance de nos existences. Elles ajustent de leurs mains frêles et crochues le curseur entre ces opposés qui ne cessent de s’attirer et se repousser comme des aimants : l'échec et la réussite, le mépris et la fierté, la confiance et le doute. Elles actionnent les fils qui nous maintiennent debout, qui nous font fléchir, qui nous font chuter. Elles mettent en scène notre fondamentale ambiguïté : nous existons, en essayant de devenir ce que nous ne serons jamais.

    Une proposition de Liza Maignan, avec Clémentine Adou, Flora Bouteille, Jules Lagrange, Sophie Podolski, Mathilde Rossello-Rochet.

    Thoughts are manipulated under the influence of our desires and perception of the outside world. They create roles in order to respond (or not) to confining social contexts, and yet unflaggingly we try to escape these dictates and assume the utter ambivalence of our identities. Les assistantes du vide (The Assistants of the Void) presents soliloquies, that intimate speech that keeps us company right up to our last breath. Prey to mental projections, bodies are subject to emotional reactions; between the body and the mind connections form and grow stronger. Les assistantes du vide helps us achieve a balance in the scales of our lives. With their frail gnarled hands, the female assistants of the title adjust the cursor between those opposites that are endlessly attracting and repelling each other like magnets, failure and success, contempt and pride, trust and doubt. They work the strings that keep us upright, make us bend, topple us over. They plot out our fundamental ambiguity, i.e., that we exist by trying to become what we shall never be.

    A proposition of Liza Maignan with Clémentine Adou, Flora Bouteille, Jules Lagrange, Sophie Podolski, Mathilde Rossello-Rochet.
    La Salle de bains reçoit le soutien du Ministère de la Culture DRAC Auvergne-Rhône-Alpes,
    de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de la Ville de Lyon.
     
    Les assistantes du vide - salle 2
    Les assistantes du vide - salle 2
    Les assistantes du vide - salle 2
    Les assistantes du vide - salle 2
    Les assistantes du vide - salle 2
    Les assistantes du vide - salle 2
    Les assistantes du vide - salle 2
    Les assistantes du vide - salle 2
    Les assistantes du vide - salle 2

    La Salle de bains

    1 rue Louis Vitet,

    69001 Lyon, France

    Ouverture

    du mercredi au samedi

    de 15h à 19h

    La Salle de Bains reçoit le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, de la Ville de Lyon et du Ministère de la Culture - DRAC Auvergne-Rhône-Alpes.

    Elle est membre des réseaux AC//RA et ADELE.

    La Salle de bains est une association loi 1901 fondée par Gwenaël Morin, Lionel Mazelaygue et Olivier Vadrot en 1998 à Lyon.

    Les activités de La Salle de bains reposent sur la production d’œuvres, d’expositions, d’éditions d’artistes contemporains nationaux et internationaux de générations différentes, et d’événements liés de manière transversale à la programmation annuelle du lieu.

    La Salle de bains assure l’accès et l’accompagnement de cette programmation auprès de divers types de publics issus de son territoire d’implantation.

    Elle travaille au développement de réseaux et à la conception de projets.

    En 2008, la structure a déménagé du 56 de la rue Saint-Jean, située dans le centre historique de Lyon (5e arrondissement), au 27 de la rue Burdeau (1er arrondissement) sur les pentes de la Croix-Rousse.
    En 2016, La Salle de bains se déplace au 1 rue Louis Vitet dans le 1er arrondissement de Lyon. L’espace se propose comme un lieu de convergence et de redéploiement d’une activité élargie hors du cadre de l’exposition.


    La direction artistique a successivement été confiée aux personnes suivantes :

    • depuis 2024 : Pierre-Olivier Arnaud, Nadine Droste et Julie Portier
    • 2017 – 2023 : Pierre-Olivier Arnaud et Julie Portier
    • 2016 – 2017 : Armando Andrade Tudela, Elsa Audouin, Pierre-Olivier Arnaud, Magalie Meunier et Julie Portier
    • 2013 – 2016 : Caroline Soyez-Petithomme
    • 2009 – 2013 : Caroline Soyez-Petithomme et Jill Gasparina
    • 2004 – 2008 : Olivier Vadrot et Vincent Pécoil
    • 2002 – 2003 : Lionel Mazelaygue et Olivier Vadrot
    • 1999 – 2001 : Olivier Vadrot, Gwenaël Morin, Lionel Mazelaygue

    Coordination de la structure et des projets : Agathe Chevallier.

    Crédits — Mentions légales

    Crédits

    Le site web a été conçu et réalisé en 2022 par l’atelier Diakité x Comerro.
    Design graphique : Lucie Comerro
    Programmation informatique : Samuel Diakité
    Interface : CMS Extra Backoff (Système de Gestion de Contenu initié en 2011 par Samuel Diakité)
    Font : Brut Grotesque, Bureau Brut

    La refonte du site web et son identité s’inscrivent dans le prolongement de la précédente version réalisée en 2016 par Elsa Audouin et l’équipe de La Salle de bains.

    Mentions légales

    Le présent site est la propriété de l’association « La Salle de bains » , établissement privé situé au 1 rue Louis Vitet 69001 Lyon (France) - Courriel : infos@lasalledebains.net.

    La directrice de la publication du site Web est Madame Agathe Chevallier en qualité de coordinatrice.

    Ce site Web a été designé par la graphiste, Lucie Comerro (Courriel : lucie.comerro@gmail.com - Site Web : https://comerro-studio.com/), et programmé informatiquement par Samuel Diakité (Courriel : sdiakite@extrafine.fr).

    Ce site Web est hébergé par la société OVH située, 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix (France) Tél : +33(0) 9 72 10 10 07 ou 1007, Site Web : http://ovh.com/fr/support.

    Le présent site s’appuie sur la solution ExtraBackoff et utilise exclusivement des technologies et des scripts open source. Les images et photographies sont la propriété exclusive de l’association La Salle de bains ou des ayants-droits au titre d’auteurs, et ne sont pas libres de droit.

    L’internaute du site Web « lasalledebains.net » reconnaît disposer de la compétence et des moyens nécessaires pour accéder et utiliser ce site. Il reconnaît également avoir vérifié que la configuration informatique utilisée ne contient aucun virus et qu’elle est en parfait état de fonctionnement. Enfin, l’internaute reconnaît également avoir pris connaissance de la présente notice légale et s’engage à la respecter.

    L’accès au site Web ainsi que son utilisation du Site impliquent l’acceptation sans réserve ni restriction de ses présentes conditions d’utilisation.
    Si vous n’acceptez pas ses présentes conditions d’utilisation, nous vous prions de quitter immédiatement ce site.

    En conformité avec les dispositions de la loi du 6 janvier 1978 modifiée relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, le traitement automatisé des données nominatives réalisées à partir du site Web « lasalledebains.net » n’a pas à faire l’objet de déclaration auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) en vertu de la dispense de déclaration n°7 (J.O. n°128 du 3 juin 2006).

    L’internaute est informé que lors de ses visites sur le site, un cookie peut s’installer automatiquement sur son logiciel de navigation. Un cookie est un élément qui ne permet pas d’identifier l’internaute mais sert à enregistrer des informations relatives à la navigation de celui-ci sur le site Web. Le paramétrage de votre logiciel de navigation permet d’informer de la présence de cookies et éventuellement de la refuser selon la procédure décrite à l’adresse suivante : www.cnil.fr.


    Le site Web « lasalledebains.net » utilise le service d’analyse d’audience « Matomo » qui utilise des « cookies » permettant d’analyser la façon dont les internautes d’utilisent le site Web « lasalledebains.net ». Les informations générées par les cookies sont stockées sur le serveur de La Salle de bains et ne sont pas communiquées à des tiers.

    Sur la base du premier paragraphe de l’article 6 du Règlement général sur la protection des données (RGPD), La Salle de bains a un intérêt légitime à analyser le comportement des utilisateurs afin d’optimiser le site Web « lasalledebains.net » et sa publicité.

    Cependant, vous avez la possibilité d’empêcher la collecte et le stockage de vos données au sein de la configuration de votre navigateur Web.


    L’internaute dispose d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui le concernent (article 38 et suivants de la loi « Informatique et Libertés »). Pour l’exercer, l’internaute peut s’adresser à l’association La Salle de bains (voir au début de ce présent document).

    La Salle de bains intègre pleinement les exigences strictes des autorités françaises et européennes en matière de protection des données lors de l’utilisation des différents services cités précédemment.

    Toute reproduction ou représentation totale ou partielle de ce site (textes et images) par quelque procédé que ce soit, sans l’autorisation expresse de La Salle de bains, ou de ses représentants légaux est interdite et constituerait une contre façon sanctionnée par les articles L335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

    Les bases de données figurant sur le site Web sont protégées par les dispositions de la loi du 11 juillet 1998 portant transposition dans le Code de la propriété intellectuelle (CPI) de la directive européenne du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.
    Sont notamment interdites l’extraction et la réutilisation, quantitativement ou qualitativement substantielles, du contenu des bases de données contenues sur ce site Web. Tout contrevenant s’expose aux sanctions visées aux articles L343-1 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
    Les marques de l’association La Salle de bains et de ses partenaires, ainsi que les logos figurant sur le site sont des marques (semi-figuratives ou non) et sont déposées. Toute reproduction totale ou partielle de ces marques ou de ces logos effectuées à partir des éléments du site, est prohibée, au sens des articles L713-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.

    Le site Web de La Salle de bains offre des liens vers d’autres sites Web ou d’autres ressources disponibles sur Internet. La Salle de bains ne dispose d’aucun moyen pour contrôler les sites en connexion avec son site Web. La Salle de bains ne répond pas de la disponibilité de tels sites et sources externes, ni ne la garantit. Elle ne peut être tenue pour responsable de tout dommage, de quelque nature que ce soit, résultant du contenu de ces sites ou sources externes, et notamment des informations, produits ou services qu’ils proposent, ou de tout usage qui peut être fait de ces éléments. Les risques liés à cette utilisation incombent pleinement à l’internaute, qui doit se conformer à leurs conditions d’utilisation.

    Les informations contenues sur ce site sont aussi précises que possibles et le site est périodiquement remis à jour, mais peut toutefois contenir des inexactitudes, des omissions ou des lacunes. Si vous constatez une lacune, erreur ou ce qui parait être un dysfonctionnement, merci de bien vouloir le signaler par email en décrivant le problème de la manière la plus précise possible (page posant problème, action déclenchante, type d’ordinateur et de navigateur utilisé, …). Tout contenu téléchargé se fait aux risques et périls de l’internaute et sous sa seule responsabilité. En conséquence, La Salle de bains ne saurait être tenu responsable d’un quelconque dommage subi par l’ordinateur de l’internaute ou d’une quelconque perte de données consécutives au téléchargement.

    La Salle de bains met en œuvre tous les moyens dont elle dispose, pour assurer une information fiable et une mise à jour fiable de son site Web. Toutefois, des erreurs ou omissions peuvent survenir. L’internaute devra donc s’assurer de l’exactitude des informations auprès de La Salle de bains, et signaler toutes modifications du site qu’il jugerait utile. La Salle de bains n’est en aucun cas responsable de l’utilisation faite de ces informations, et de tout préjudice direct ou indirect pouvant en découler.

    Nous remercions les internautes du site de nous faire part d’éventuelles omissions, erreurs, corrections, en nous contactant le cas échéant.